fond
The Carrots of Curiosity
Avatar de l'auteur
The Carrots of Curiosity
Le 05/12/2016
Par Romain

2 décembre 2016. On est à Inle Lake, toujours au Myanmar (La Birmanie pour ceux qui suivent pas). Il est 10h, et Margaux court au milieu de la route, aussi vite que ses petites jambes le lui permettent, chaussée d'une claquette seulement. A cela s'accompagne un hurlement que seuls de robustes tympans sont à même de supporter.

À part une nuit un peu agitée pour ma part, principalement due à l'état de strees post-traumatique de mon estomac suite à l'attentat perpétré par le curry de la veille, cette journée s'annoncait plutôt pas mal. Voyez vous, du soleil, une petite brise fraiche, et la promesse de silloner les campagnes alentours du Lac Inle sur nos clinquantes bicyclettes. Premier stop, une pagode. Encore. Mais bon y'a plein de petits chiots, et Margaux elle aime ca les p'tits chiots alors on s'y attarde. Vient le moment de rejoindre nos montures. On constate que la chaine du vélo de Margaux a déraillée. Afin de solutionner ce petit désagrément, nous nous mettons à l'ecart de quelques mètres pour bénéficier d'un mur d'appui, la béquille étant bloquée. Dans un excès de confiance et au regard du temps relativement court nécessaire à cette réparation, on laisse nos sacs a dos à quelques mètres de là. Cette configuration spatiale était donc toute propice à un petit vol lâche et sans risque pour qui passait par là sur son 2 roues motorisé. C'est ce que n'ont pas manqué de ce dire ces deux gamins sur leur vieux scooter.

Étrange sensation donc, que de voir ce scooter juste à quelques mètres de toi, redémarrer tranquillement, avec ton sac entre les bras. Et comme nos cuisses n'ont pas encore la reprise d'un 125cm cubes, à part les maudire sur 10 générations, y'avait pas grand-chose à faire. On a bien tenté d'arrêter une voiture qui passait par là pour engager une course poursuite, mais le conducteur a du croire qu'on voulait une ballade touristique puisqu'il n'a pas daigné dépasser les 30km/h.

Bref, on comprend vite qu'il faut faire le deuil de ce sac, et de ce qui va avec. À savoir le passeport de Margaux, du cash, une tablette pleine de selfie, et surtout un carnet de voyage que Margaux remplit minutieusement jour après jour depuis 1 mois. Ca picotte, mais on peut déjà relativiser le fait que mon sac à dos, pourtant juste à côté, ne les a pas intéressé. Pourtant ils n'auraient pas été décus du butin...

Les quelques Birmans présents et à qui ont partage notre mésaventure n'hésitent pas à nous donner un coup de main. Pas le moindre anglophone, mais à les voir téléphoner, on croit comprendre que chacun fait jouer son réseau pour identifier ces nouveaux détenteurs de sac kathmandu. La police se joint à l'opération. Pour se faire une idée du policier chargé de l'enquête, il faut imaginer prendre le meilleur des ADN de Colombo, James Bond, Horacio des experts et Jason Bourne. Puis, par un ingénieux procédé scientifique, on fusionne ces ADN, pour finalement en générer l'exact opposé. On obtient alors mon policier Birman. « Tourist Police », voila ce qu'on peut lire sur son chasuble. Mais juste pour les touristes Birman en fait, parce que l'anglais, lui, il connaît pas non plus. Si on ne peut pas lui enlever une (semble t-il) sincère volonté de nous aider, on peut difficilement parler de perspicacité.

Finalement, après quelques heures, l'un des Birmans qui avait activé son réseau pour nous aider nous apprend que le passeport a été retrouvé au bord d'une route. On ne sait pas trop par quelle opération du saint esprit, et on finit un peu par se demander qui est de mèche dans cette vibrante opération « carotte ». Mais c'est déjà ca. Avec un avion 2 jours plus tard pour la Malaysie, ca n'aurait pas été une sinécure de devoir le faire refaire.

Bref, y'a des filous partout, mais pas de quoi changer notre regard sur la Birmanie et ses habitants ! Et depuis le temps qu'on s'étonnait de ne s'être jamais rien fait voler depuis notre départ de France, il fallait bien faire quelque chose. Merci les gars.

The Tomatoes of Curiosity - 2014/2016 - By Slapker